Terre brûlée.

Vous la sentez ? Vous la sentez cette odeur.

Cette odeur de brûlé qui nous est ramenée par les vents qui tournent. Nos élus de la République, en bons nécromanciens, l’ont déjà pressenti, ce vent qui tourne et qui risque bientôt de les mettre à nu hors de leurs habits de tartuffes.

Mais, sachant qu’ils n’auront plus rien à perdre, ni leur loyauté et encore moins leur pudeur, ces augustes consanguins de la République, n’hésiteront pas, dans leur débâcle audacieuse, de persévérer assidûment dans cette politique qu’ils ont toujours mené. La politique de la terre brûlée, entamée depuis bien longtemps. Depuis l’implémentation calculée d’une politique immigrationniste forcenée en faveur de populations inassimilables, alibi mensonger d’une richesse démographique issue d’une diversité importée aux valeurs foncièrement opposables à celles des citoyens de souche, et ce, tout en freinant toute velléité de favoriser une politique familiale constructive en faveur de ces derniers. Bien au contraire et nous l’avons tous remarqué, cette déconstruction s’est significativement et éhontément accélérée depuis l’avènement du régime de Hollande, ou quand cette politique de la terre brûlée va de pair avec une patiente et méticuleuse destruction des fondements de la famille, de la société et de la nation.

Image

Après les odeurs des voitures qui crament, des vitrines incendiées, les odeurs des fumées toxiques des illusions consumées de nos élus de la République, décrédibilisés par une réalité aveuglante, après les discours dits nauséabonds dont on nous bassine quotidiennement les narines aux différentes heures de la salât, après les émanations bien-pensantes des entreprises subsidiées de remplacement de notre civilisation, voici les odeurs de notre terre brûlée qui risque fort de consumer ceux qui l’ont patiemment attisée.

Nous avons donc le devoir d’éteindre cet incendie que les pyromanes de la République ont sciemment provoqué, de refuser cet enfumage chronique, de nous réveiller de notre tolérance apathique, pour notre dignité, pour nos enfants, pour notre passé et notre avenir, pour nos principes moraux, pour notre grande nation, pour la France, pour nos grandes cathédrales et nos petites églises et le véritable humanisme de ce qu’elles représentent, pour nos traditions et notre culture, pour nos morts, nos vivants et pour nous, les morts-vivants, pour ceux qui sont morts pour qu’on acquiert notre liberté menacée, et pour ceux qui mourront pour la défendre, pour le soldat inconnu, que son sacrifice ne soit pas vain, et pour tous ces inconnus, nos concitoyens de souche, ces mécréants anonymes qui se font harceler, agresser, souiller, humilier, dans le silence horrible et complice de notre indifférence.

Publicités

One Comment to “Terre brûlée.”

  1. Soyons sûrs qu’ils ont tous un compte à l’étranger, et qu’ils seront loin le jour où il y aura la guerre. Car je crois qu’ils ont compris que leur projet de remplacement de population ne marcherait pas comme ils l’espéraient !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :