Le temps de la bienveillance est révolu

doigt-565x250

Force est de constater que j’ai tout essayé – enfin, presque – et je n’y suis quand même pas arrivé. J’ai beau essayer de m’inspirer de la mansuétude de mère Teresa, de la générosité de l’abbé Pierre et même de la philanthropie de Bernard Kouchner. Rien. J’ai repassé en boucle les trois derniers spectacles des Enfoirés, tenant compte du fait qu’aujourd’hui, c’est dépassé, le chacun pour soi, je pense à toi, je pense à moi. Non plus, aucun effet. Même Emmanuelle Béart et ses grands propos qui sortent de sa bouche, notamment à l’issue de l’évacuation médiatisée d’immigrés clandestins de l’église Saint-Bernard un beau matin d’août 1996. De marbre. Impuissance totale… Déformation professionnelle oblige, j’ai ressorti le serment d’Hippocrate dans l’espoir de m’extirper de mon indifférence léthargique. Encore raté.

Pourtant, l’exposition organisée par « Médecins du monde » sur le parvis de l’hôtel de ville à Paris jusqu’au 19 octobre, sur le thème « Regardons la précarité en face », a la vocation voire l’obligation morale de réveiller un sentiment d’empathie, d’abnégation.

Empathie envers Youssouf, par exemple, un clandestin de 40 ans, dont la légende qui annote le portrait géant stipule qu’il est arrivé en France pour y trouver une vie meilleure. Le sort s’est malheureusement acharné sur Youssouf. Non seulement il a débarqué dans un pays présidé par François Hollande, mais Youssouf est également malade. Youssouf ne peut malheureusement pas se soigner. « À l’hôpital, on demande la carte vitale », mais Youssouf ne l’a pas, et il essaie quand bien même de bénéficier de l’Aide médicale d’État à laquelle tout immigré, même illégal, a droit. Mais ça traîne. Youssouf est découragé.

Dans le même genre, il y a aussi le portrait de Najat, compatriote de l’homonyme, qui a bénéficié de l’ascenseur sociétal, qui a également quitté son Maroc natal pour rejoindre sa sœur Aïcha, son mari et leurs enfants, au nombre de cinq. Najat a également des problèmes de santé, un peu comme Marco le toxico qui se plaint, lui, de prendre beaucoup de risque pour sa santé quand il est obligé de se cacher.

Des drames humains, certes, dont on veut probablement nous tenir implicitement responsables. En même temps que notre détachement acquis, notre indifférence réactionnelle, à défaut d’être réactionnaire, face à cette culpabilisation imposée, nous rendrait moralement condamnables. Nous avons été trop humains, certainement trop humanistes que notre humanité, notre humanisme ont fini par se tarir, se périmer, faute de reconnaissance, de gratitude de la part de ceux qu’on a accueillis. Mais aussi, une déshumanisation synonyme d’instinct de survie.

Comme disait récemment Zemmour en réponse à l’homélie de son altruissime Attali, « il y a les méchants et les gentils […]. Et puis il y a les gentils qui sont bienveillants, qui sont altruistes. C’est beau, sauf que ça n’existe pas […] Il y a des gens qui sont là depuis 1.000 ans, et qui ont envie d’être là encore 1.000 ans. Ils n’ont pas envie d’être submergés, ils n’ont pas envie d’être remplacés. C’est bas et c’est pas tellement altruiste. Mais c’est leur vie. Et ils n’ont pas envie que monsieur Attali, le père Attali, vienne leur dire vous êtes des nuls, vous êtes des médiocres, vous êtes des racistes, vous êtes des xénophobes, vous n’êtes pas des bienveillants. Eh bien non. Ils ne sont pas bienveillants, parce que les autres non plus ne sont pas bienveillants. »

Le temps de la bienveillance est, en effet, révolu.

http://www.bvoltaire.fr/pierremylestin/temps-bienveillance-revolu,132833

Publicités

One Comment to “Le temps de la bienveillance est révolu”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :