al-azhar

Récemment, lors d’une conférence en Inde, le chef spirituel des bouddhistes, le Dalaï Lama, prix Nobel de la paix, a condamné les violences commises au nom de la religion du même qualificatif, celle qu’on ne devrait plus citer, en particulier lorsqu’elle est associée aux pires abominations accomplies en son nom. Le mot d’ordre de ce nouvel ordre moral étant évidemment de ne pas stigmatiser, de ne pas s’épandre dans l’amalgame phobique et facile.
Fort de son expérience de quatorze réincarnations, notamment durant l’extermination intégrale, entre 1000 et 1525 de notre ère, de 50 à 80 millions d’Hindous dans la région du nord-est de l’Afghanistan, actuellement connue sous le nom de Hindi Kouch (littéralement massacre des hindous), territoire aussi vaste que l’hexagone, par les adeptes de vous devinez quoi, la destruction des trois Bouddhas de Bâmiyân, par les inconditionnels de la religion de vous devinez qui, et plus récemment l’avènement de l’EI, le très connecté i-Etat, dont on se devrait dorénavant se retenir d’épeler l’acronyme, sa Sainteté estime « que l’idée de jihad, ou guerre sainte, était mal interprétée par les musulmans extrémistes », et de rajouter bonnement que le jihad « ne signifie pas faire du mal aux autres ».

Etonnament cette profonde érudition en ce qui concerne les subtilités fondamentales de la religion dont l’anagramme pour les cruciverbistes non crucifiés est « si mal », ne se limite pas aux plus hautes instances religieuses mais également politiques. En effet, hormis Obama dont on peut aisément comprendre la gnose en la matière, lui qui a été « bercé durant son enfance par les doux appels des muezzins », d’autres dirigeants, même si officiellement non encore convertis à ladite religion, ont acquis au fil des décapitations et autres joyeusetés, cette formidable omniscience de prêcher à leurs ouailles ce qui peut être attribuable, ou non, à ses dogmes fondamentaux. De manière non exhaustive, Bush après les attaques du 11 septembre, Cameron après la décapitation publique à Woolwich, Clinton après le lynchage de son ambassadeur en Lybie ont systématiquement tenu le même discours. Ces actes ne sont que la perversion des dogmes de vous savez quoi.

La République heureuse a également ses ulémas, qui ne tarderont pas à catéchiser dans le même sens en réaction à la décapitation d’Hervé Gourdel. Des Lumières en terme d’exégèse, comme par exemple Nicolas Sarkozy qui, récemment se félicitant d’avoir au moins deux neurones, se vantait déjà en 2005 en parlant de l’islamisme comme un « islam plus épicé qui a toute sa place à la table de la République », introduisait trois années plus tôt, les Frères Musulmans, le mouvement Tabligh, ainsi que les islamistes turcs du Milli Gorus au sein du Conseil Français du Culte Musulman et donnait, la même année, le feu vert à la Ligue Islamique Mondiale, soutenue par l’Arabie Saoudite, pour le financement de la construction de mosquées sur le territoire Français, et pourquoi pas à Colombey-les-Deux-Eglises. Mais encore, le meilleur gaulliste d’entre eux, Alain Juppé, en 2011, conseillait avec sagesse de ne pas « stigmatiser a priori tous ceux qui se qualifient d’islamistes ». Plus imam que moi tu meurs, plus mufti je te lapide.

Et le Dalaï Lama de conclure que le jihad se devrait, à juste titre d’ailleurs, d’être « un combat contre nos émotions destructrices ». Les indigènes de la République espèrent en conséquence que leurs concitoyens musulmans modérés, qui, constituant comme nous le savons tous, l’écrasante majorité aphone des adeptes de ceux qui ont correctement assimilé ce concept de « guerre sainte », affirmeront publiquement au cours de leur grande manifestation nationale prévue ce trente-et-un septembre, leur désaveu envers les préceptes si mal interprétés par leurs coreligionnaires immodérés. En clamant haut et fort « faites le jihad, pas la guerre ».

Publicités

One Comment to “”

  1. Le Dalaï Lama se fait vieux…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :