Manifestation : chers musulmans, votre simple présence ne suffira pas…

sharia France

 

Une manifestation nationale a été prévue. Elle sera de nature républicaine. Les citoyens de la République endeuillée seront censés afficher leur unité nationale face à l’acte de guerre commis par des compatriotes d’obédience islamique étiquetés d’«immodérés». A leurs coreligionnaires dits «modérés» qui seront certainement présents pour afficher leur apparente solidarité en brandissant  probablement un  »Je suis Charlie» de circonstance, voire qui nous ressasseront inévitablement l’ad nauseam refrain du « cenestpasçalislam », je me permets d’avance, presque par habitude maintenant, de leur rafraîchir la mémoire, apparemment sélective, sur quelques détails concernant leur culte, notamment à propos d’autres «Charlies», contemporains du Prophète de l’islam, « la plus noble créature sur terre », modèle parfait pour tous les musulmans sans distinction, et dont la critique jusqu’à nos jours est, comme nous l’avons vécu,  punissable de mort.

Par exemple, et la liste est très loin d’être exhaustive, un certain Abou Jahl avait osé critiquer le prophète et fut massacré sur ordre de ce dernier qui déclara à l’issue du crime que la dépouille appartenait à l’un des deux assassins dont le sabre « portait des traces du contenu de l’abdomen »(Muslim, n° 3295). Abou Afak, chef âgé d’une tribu juive, ayant tourné en dérision Mahomet dans ses poèmes, et dont l’assassinat, toujours sur ordre de Mahomet («qui me débarrassera de cette crapule» dixit le prophète d’amour) choqua la poètesse Asma bint Marwan. Mahomet envoya de nuit à cette dernière un de ses fidèles qui  l’assassina dans son lit,  ses enfants autour d’elle, le plus jeune tétant encore son sein (Ibn Saad, Tabaqat 2 / 30.1). Khalid Abou Sufyan al Hudhayli chef de la tribu Hudhayl dont la tête fut apportée au prophète à la fin du mois de muharram. Kaab Ibn Al Ashraf, l’un des juifs les plus hostiles à l’islam qui  ira jusqu’à chanter la  beauté des femmes des compagnons du prophète de façon indécente. « Qui veut me délivrer de lui? » avait suggéré le prophète. Rifaa Ibn Qays, tué d’une flèche dans le coeur puis décapité, et dont la tête fut rapportée au prophète de tolérance aux cris de « Allah Akbar, Allah Akbar! » (Ibn-Hisham). Un déséquilibré probablement. Mais également une esclave enceinte parce qu’elle dénigrait l’ »homme parfait »; un enfant en est « sorti d’entre ses jambes, souillé du sang » (Abou-Daoud, 38.4348), et bien d’autres poètes, penseurs, chanteuses, réformateurs de l’islam, écrivains, et puis réalisateurs de cinéma et maintenant caricaturistes.

Charlie Hebdo ne fait somme toute que prolonger la  longue et macabre liste de tous ceux qui ont osé critiqué l’islam et son « prophète du carnage », comme il s’est lui-même d’ailleurs désigné.

Alors, à tous nos compatriotes musulmans, ce samedi, je dis clairement: votre simple présence ne suffira pas. Il vous faudra non seulement manifester votre solidarité à ceux que vous considérez en théorie vos compatriotes, mais il vous faudra également pleurer la mémoire de tous les autres «Charlies», ayant précédé ceux de l’Hebdo, dont votre prophète dit d’amour et de tolérance a explicitement commandité le massacre, en dénonçant en conséquence le sort mortel que ce dernier réservait systématiquement à tous ses détracteurs.

Ce n’est qu’à ce moment que votre présence sera crédible. Car qui ne dit mot consent.

Mais ça, on commence à avoir l’habitude.

Pierre Mylestin

http://ripostelaique.com/?p=137117

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :