Archive for mars, 2015

25 mars 2015

Espèces en voie de disparition en France : attention, danger !

index

La France a depuis toujours été, et sera pour encore longtemps, une terre de diversité qui a contribué à sa richesse et son rayonnement. De par sa spécificité géographique et culturelle, notre République abrite une population très diversifiée, mais cette pluralité est en danger, suite aux profonds changements qui, au fil des échéances, s’opèrent principalement au sein de ses populations dites autochtones. Un cri d’alarme est lancé.

À cet effet, dans son dernier rapport, l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN) classe notre pays au sixième rang mondial en termes d’espèces animales et végétales en danger, et un projet de loi sur la protection des espaces naturels est en cours d’examen à l’Assemblée afin de protéger ce précieux patrimoine.

Cette menace, nous dit-on, est notamment provoquée par la dégradation et la destruction des milieux naturels, la pollution, l’introduction d’espèces envahissantes, la surexploitation et un changement de climat, inexorablement de plus en plus nauséabond, argueront certains responsables haut placés, soucieux en matière d’écologie.

Beaucoup de races sont ainsi menacées de disparition : grand hamster d’Alsace, grue cendrée, lézard ocellé, esturgeon européen. Et certaines espèces ont, même, été totalement rayées de la carte, comme le bouquetin des Pyrénées et le phoque moine. À très court terme, d’autres espèces seraient en voie d’extinction, peu protégées celles-ci, le babtou des banlieues et le céfran face de craie, qui pourraient malheureusement subir le même sort. L’occasion pour un amendement républicain qui serait, évidemment, le bienvenu afin de pallier cette non-assistance à espèce en danger.

Autre menace pour la diversité : la démographie des espèces exotiques introduites en dehors de leurs milieux d’origine qui concurrencent les espèces indigènes par une population en nette augmentation. Cet inédit phénomène de Grand Remplacement serait amplifié, par ailleurs, par le développement des transports transfrontaliers et par une sorte de regroupement délibéré par famille d’individus, opérant depuis déjà un demi-siècle.

La faune marine n’est pas épargnée non plus, nous dit ce même rapport. Bien au contraire. Dans les territoires ultramarins, où la diversité est particulièrement riche, 15 % des espèces ultramarines sont systématiquement menacées. Ce chiffre apparaît comme une grossière estimation et tendrait à augmenter dangereusement selon certains experts.

Mais tout n’est pas si sombre. Un retour précaire des grands prédateurs, espèces considérées emblématiques, est observé, en particulier la population de loups où des hordes consanguines ont historiquement élu domicile sur les hauts plateaux du Vaugirard et du Solférino. Malheureusement, certains de ces individus présenteraient des symptômes troublants. Hypersalivation, anxiété, hallucinations et éventuels délires avec état d’agitation et convulsions des muscles faciaux, tremblements incontrôlés, comportement anormalement agressif, voire un trouble des fonctions cérébrales supérieures.

Le risque de contagion à grande échelle de ces cas de rage dite « furieuse » serait d’ailleurs, selon certains milieux bien introduits, imminent.

http://www.bvoltaire.fr/pierremylestin/especes-en-voie-de-disparition-en-france-attention-danger,165338

Publicités
25 mars 2015

Quand il est malvenu d’être Français

bruit-et-odeur

Bientôt Pâques. La première volée de cloches vient de passer et déposer les résultats du premier tour des élections départementales aux sages et grands architectes de la République Titanic, au grand dam de tous ses caciques, cloches et clochettes, creuses et tétanisées, manœuvrant d’une main de plus en plus tremblante, de plus en plus souvent belliqueuse, tantôt à bâbord, tantôt au centre toute ou vers une droite déboussolée, dans l’espoir démocratique d’esquiver le péril des tribords extrêmes.

Car tout ne va plus si bien dans la demeure, Madame la Marquise, Monsieur le Marquis, péril national en vue, la populace se réveille, la plèbe regarde, le populiste a compris, réagit, lucide ; les invisibles deviennent visibles, trop visibles car de plus en plus audibles à travers le silence des isoloirs et des confessionnaux républicains.

Les temps sont, de fait, à la résurrection. Mais avant la résurrection, la mort. Ou plutôt la mise à mort par les défenseurs du réel d’une conception transgenre de cette France telle qu’imposée par les thuriféraires d’une République dite laïque, multiculturaliste, immigrationniste et « remplaciste ». Depuis l’élection de François Hollande au poste de présumé Président, et la nomination de son Premier ministre en chef ibère de la Republica Kommandantur, il est de plus en plus autant malvenu de se proclamer de France que de la confession de celui de qui, par le baptême, naquit la France. On se proclame pourtant fervent laïque cinq fois par jour, on célèbre la République chaque vendredi et on casse la croûte une fois par année lunaire à l’occasion de la fin d’un jeune diurne alternant avec une ripaille nocturne ; on est républicain comme ça, chez ces gens-là.

Dans cette République laïque et mondialiste, si je veux m’émanciper du joug de l’Europe, je suis un nationaliste, si je veux me libérer de la monocratie UMPS, je ne suis plus « républicain », si je me permets de critiquer l’islam, je suis islamophobe, le judaïsme, je suis antisémite. Mais dans cette République, si je critique le christianisme, je suis alors un progressiste. Dans cette République, si les cimetières sont musulmans ou juifs, on parle de profanation. S’ils sont chrétiens, il s’agit d’une simple dégradation. Tout est dans la nuance. Entre un dîner du CRIF et une rupture de jeûne à l’occasion du ramadan, le cœur de cette République – à défaut de dire son c… – balance entre casher et halal. Dans cette République, tremper un crucifix dans la pisse ou déféquer sur le Christ est synonyme de liberté artistique. Dans cette République, critiquer les dogmes contenus dans le Coran ou la Bible est une incitation à la haine. Dans cette République, qu’on ait fait son service militaire en Terre promise, qu’on bénéficie des allocs sous le chaud soleil du bled, que l’on soit exilé fiscal ou ancien indépendantiste, on se permet de faire la leçon de morale au Français de souche qui n’a, de terre promise, que sa terre natale. Dans cette République, nos consciences éclectiques et médiatiques nous menacent à tour de rôle de quitter la France, si le FN passe, si la vague immonde inonde. Basta !

Dans cette République, laïcité, liberté, égalité, fraternité, tout autant que UMP, PS et Cie et patriotisme, sont de nos jours autant d’oxymores autant qu’islam et islamisme ont toujours été un pléonasme.

Dans cette République, il est de plus en plus malvenu d’être Français.

Dans cette République, ils ont tué la France comme d’autres ont assassiné le Christ, et les deux sont déjà sur la voie de la résurrection.

http://www.bvoltaire.fr/pierremylestin/quand-il-est-malvenu-detre-francais,166112

21 mars 2015

Culture

Capture du 2015-03-17 21:05:28

1 mars 2015

La séduction

123