Archive for mai, 2015

31 mai 2015

Le vagin, centre de gravité de la pensée islamique.

601-burqa-beach-10

Cet article est en cours d’élaboration.

Une certaine impatience me rend coupable d’avoir mis le titre avant d’avoir eu le temps d’élaborer le texte. Je prie mes lecteurs de m’en excuser.

D’ailleurs, toutes les bonnes idées sont les bienvenues. N’hésitez donc pas à user et abuser de la section commentaires.

Publicités
2 mai 2015

L’esprit dhimmi

dhimmi

À l’instar de Charb, Luz ne dessinera plus le prophète Mahomet. Le personnage en question, pourtant assez haut en couleur, ne l’inspirant apparemment plus. La raison officielle en est une certaine forme de lassitude. « Je m’en suis lassé, tout comme celui de Sarkozy. Je ne vais pas passer ma vie à les dessiner », a récemment déclaré le caricaturiste.

Il est vrai que de nos jours, en termes d’espérance de vie, ce choix pourrait sembler assez judicieux, voire d’un pragmatisme républicain digne de l’esprit Charlie. Croquer le prophète, a fortiori, sous une forme qui pourrait offusquer ses adeptes, souvent tatillons, étant en soi un facteur de risque qui peut mener directement à la case croque-mort sans passer par les cases « joies du vivre ensemble » ou même « richesses du multiculturalisme ». La ligne éditoriale du torchon en question, qui a vu d’ailleurs ses ventes chuter de 90 %, reprendra probablement les classiques maison : l’Église catholique, les Le Pen, les franchouillards, les beaufs, etc. Thèmes fondamentaux assez inoffensifs, somme toute, le risque étant assez ténu qu’un garde suisse débarquât dans les locaux de l’hebdo, Nouveau Testament à la main, pour arroser à l’eau bénite, comme d’autres l’ont fait à la kalach’, les survivants des attentats du 7 janvier, en vociférant : « Aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés. »

Mais au-delà du fait que Luz a tout simplement rejoint l’écrasante majorité hypocrite du cheptel des journalistes officiant au sein des organes de propagande subsidiée qui la pratiquent plus ou moins tacitement, voilà que, petit à petit, se confirme dans nos sociétés occidentales dites libres et éclairées cette autocensure volontaire envers un culte spécifique. Cette autocensure, après avoir pris les traits de la défense d’un multiculturalisme imposé, par ignorance ou par déloyauté, se convertit au sein de cette même caste médiatique, en connaissance de cause cette fois-ci, en un instinct de survie, confirmant dans la République l’implémentation pérenne des « règles de Rushdie », avec une rigueur qui ferait pâlir de jalousie toutes les autres Républiques islamiques.

Ces règles découlent de la fatwa de mort qu’a émise celui qui a bénéficié, à Neauphle-le-Château, de l’hospitalité républicaine, l’ayatollah Khomeini, à l’encontre de l’auteur des Versets sataniques. Elles établissent, notamment, le statut supérieur de l’islam et de ses adeptes, et l’obligation de tous les musulmans de défendre partout et par tous les moyens les valeurs dites islamiques ainsi que l’honneur de leur prophète.

Imaginez, maintenant, un instant, que le pieux vœu de notre ministre de la Rééducation nationale, Najat Belkacem, devienne réalité et que l’islam devienne matière obligatoire dans les écoles de la République des Lumières. Dans cet esprit-là, émettre une critique, fût-elle fondée ou non à l’encontre desdits prophète ou culte, serait-il passible d’une punition de circonstance : 100 fois « Je ne dois pas critiquer l’islam en primaire », lynchage à la récré en secondaire ?

Après l’esprit Charlie, voici pointer celui de dhimmi. C’est ça, aussi, l’esprit de la République.

http://www.bvoltaire.fr/pierremylestin/lesprit-dhimmi,174105