C’est entre les deux populations « de souche » que la fracture est la plus profonde (la belle-soeur).

Cette semaine, à Barcelone, se tenait la conférence du World Mobile Congress. L’occasion, pour le patron de Facebook, de faire une apparition surprise pour vanter la réalité virtuelle qui incarne, selon lui, le futur des réseaux sociaux.

Au même moment, dans ma cuisine, point de Zuckerberg, mais attablés à l’opposé, le gigot d’agneau faisant office de ligne de démarcation, la salade frisée, comme à Beyrouth, de ligne verte, ma belle-sœur et Compagnie, virtuoses de l’utopie des réseaux sociaux multiculturels, étaient des nôtres pour un repas informel.

Ça sentait le roussi avant le roussi et ce n’était pas la sauce au poivre. La remarque de l’illustre invitée, concierge dans un atelier protégé de bricolage pour artistes subsidiés (comprendre : gérante d’une galerie d’art contemporain), qualifiant déjà de beauf l’instit’ de mon fils qui lui avait fait colorier un tire-bouchon à l’occasion de la fête des pères, commençait déjà mal. Le bricolage n’était pas assez progressiste. D’autres formes de tire-plugs eussent été possiblement moins arrière-garde. Bien dommage qu’à notre époque, nos contemporains progressistes ignorent qu’ils sont cocus. Car, comme tous les cocus qui se respectent, ils seront les derniers à réaliser qu’ils sont eux-mêmes les beaufs de leur époque. Soit.

La tension était palpable, contrôlée durant le repas. Au dessert, la trêve des confiseurs fut clairement rompue ; il fallut que la génitrice de la belle-sœur lançât innocemment cette locution qui mit le feu aux poudres : « Ce Trump se trompe de s’en prendre aux musulmans. » Silence arctique, tactique, éphémère autour de l’innocente tarte qui nous servait de no man’s land, et c’est ce « Lucide, le bonhomme, le multiculturalisme est mort, le vivre ensemble une lubie bel et bien enterrée », dans lequel je me hasardais, pleinement conscient de la réaction pavlo-progressiste qu’engendrerait cette réac’, qui mit fin à la récré. La hache de guerre était déterrée, en plein centenaire de Verdun, dans ma cuisine, les hostilités officiellement entamées.

J’eus droit à tout, ou presque. Inclus dans le pack, le discours de haine, l’islamophobie, le binôme inquisition-croisades, le triptyque populisme-Front national-extrême droite, la quadrature du cercle des faux procès à l’encontre des modérés silencieux, les paumés sans histoire du Bataclan, les stigmatisés de Cologne, l’islamo-béatitude. Un condensé d’un demi-siècle des unes de Libé, Le Monde et Le Nouvel Obs réunies. Oh oui, encore, hurlait-elle, oh oui, plus de culture, plus d’aides sociales, la repentance postcoloniale, la stigmatisation, les Blancs, les cathos, les identitaires.

Deux réalités irréversiblement inconciliables, fondamentalement opposables ; d’une part une réalité virtuelle – le meilleur des mondes fantasmé au travers du prisme d’un multiculturalisme débridé, le faux réel, ou faussel de Camus – et une autre, concrète, dont le seul fait de la décrire vous renvoie aux heures les plus sombres. La fracture sociétale est, somme toute, bien plus profonde entre les partisans de ces deux visions du réel que celle entre les populations de souche et celles importées, éternelles protégées de la caste démagogique du monde politico-médiatique-et-de-la-culture.

Et si, en fin de compte, la faute incombait entièrement à l’homme blanc, qui va tout faire sauter ? L’homme blanc occidental qui a ouvert grand sa porte, ses frontières, la boîte de Pandore, et a laissé tout ce beau monde opportunément s’installer.
En savoir plus sur http://www.bvoltaire.fr/pierremylestin/cest-entre-deux-populations-de-souche-fracture-plus-profonde,241097#hRhsjg3RrKcUBgQ8.99

Publicités

One Comment to “C’est entre les deux populations « de souche » que la fracture est la plus profonde (la belle-soeur).”

  1. Je n’arrive toujours pas à croire qu’à notre époque, certains Français ne voient pas ce qui se trame…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :