Archive for ‘Les jérémiades chez Riposte Laïque’

16 août 2016

Si on interdit le burkini et la croix gammée, pourquoi autoriser le voile ?

Cette affaire de burkini me dépasse. Faut-il, de nos jours, faire tout un ramdam intolérant pour tout ce qui touche à l’islam, religion de tolérance par excellence ? La république apaisée et multiculturelle serait-elle devenue «momomaniaque»?

voileeesdeservice

Après la polémique du parc d’attraction burkinophile, à Cannes, haut-lieu de la culture saisonnière et du festival du même nom et de tétons, la mairie LR en coming-out burkinophobe, a émis un arrêté stipulant que «l’accès aux plages et à la baignade sont interdits à toute personne n’ayant pas une tenue correcte, respectueuse des bonnes mœurs et de la laïcité, respectant les règles d’hygiène et de sécurité des baignades (…) ». Selon la municipalité, «une tenue de plage manifestant de manière ostentatoire une appartenance religieuse, alors que la France et les lieux de culte religieux sont actuellement la cible d’attaques terroristes, est de nature à créer des risques de troubles à l’ordre public (attroupements, échauffourées, etc.)». Signe des temps, la voilée a remplacé la starlette sur la croisette, mais, nous rassure-t-on, « il ne s’agit pas d’interdire le port de signes religieux à la plage, mais les tenues ostentatoires qui font référence à une allégeance à des mouvements terroristes qui nous font la guerre ». Encore heureux que la bombe – à oxygène – devrait éviter aux forces de l’ordre un quelconque amalgame entre une musulmane pudibonde et un quidam en combinaison de plongée. Il est pourtant bien dommage qu’en signe de solidarité avec leurs compatriotes massacrés, ces voilées, au lieu de visiter nos églises, ainsi que leurs coreligionnaires dits modérés qui en signe de compassion, sont allés assister à la messe, un peu comme si des nazis modérés allaient faire pénitence à Auschwitz, n’aient pas adopté, dans le contexte, une fatwa du genre : «Aujourd’hui j’enlève le haut, demain j’enlève la burka». Soit, on ne peut trop leur en demander.

Au risque de gaspiller le nombre de caractères que la généreuse rédaction alloue, réitérons donc: «les tenues ostentatoires qui font référence à une allégeance à des mouvements terroristes qui nous font la guerre». Pourtant, ces tenues et autres agissements sont tous exclusivement inspirés d’une même et unique idéologie; le burkini n’est-il pas à la plage ce que le voile islamique est à la ville, ce que sont les menus halal à la cantine, l’apprentissage de l’arabe à l’école, l’embrasement rituel de nos banlieues par nos chances issues de la diversité. Le burkini à la plage n’est-il pas ce que le prénom Najat l’est à Claudine, les festivités du ramadan à la mairie de Paris, les accommodements raisonnables aux dépens «des lois de la République», tous stigmates ostentatoires (sic!) d’une islamisation soutenue, une extension à tous les domaines de la sphère publique par impuissance et compromission et de la sphère politique par lâcheté, trahison et électoralisme.

Y faisant écho, Nadine Morano «considère que les islamistes telle que cette femme voilée intégralement sur le territoire national, est comparable avec les nazis; ces nazis qui ont exterminé des gens. Aujourd’hui les terroristes islamistes, et ceux qui portent le voile intégral représentent des publicités ambulantes pour cet obscurantisme».

Certains trouveront choquant de comparer l’islam au nazisme. Ils ont bien raison, le nazisme est moins violent car le djihad consubstantiel à l’islam a triomphé là où le nazisme -et le communisme- ont été vaincus, et a provoqué depuis 14 siècles autant de victimes que ces deux totalitarismes additionnés.

Toutes choses restant égales, et devant cette guerre civile en gestation, il serait judicieux de savoir quel rapport auront bientôt les mécréants et les souchiens face à tous ces «signes ostentatoires». Notre rapport, par exemple au voile islamique, fut-il dans la sphère publique ou privée, sera-t-il un jour identique à celui que nous avons à la croix gammée?

Pierre Myslestin

http://ripostelaique.com/on-interdit-burkini-croix-gammee-autoriser-voile.html

Publicités
28 janvier 2015

A tous les Charlies qui marchaient main dans la main vers l’abattoir du multiculturalisme

manifestants-11-janv-2015

Il aura fallu des morts pour que la popularité de l’accident Hollande retrouve des couleurs. Si la guerre civile éclatait sous son mandat, je suppose alors qu’elle serait alors au zénith, sa popularité. Aux anges, le Hollande, son élection, une tragi-comédie, son regain de popularité, une éphémère conséquence d’une tragédie de plus. «Ha on les a bien eus, tous ces veaux avec l’épisode Charlie Hebdo», au conseil des sinistres, «Il faut l’avouer, notre numéro à nous aussi a bien marché. Bien rodé. Succès populaire garanti».  Clap clap clap acquiesceraient lesdits sinistres collégialement. La République, oyé oyé, la République est sauvée. Merci qui? Merci Charlie. De Gaulle révoqué, Martel dégommé, c’est Hebdo le Roi des Francs, des franchouillards et des beaufs. Grandeur, déchéance et humiliation d’une nation désunie, mutilée aujourd’hui jusque dans un semblant ébahi d’une ultime légitime défense mal placée.

Mais vous les avez vu, tous ces Charlies, qui marchaient main dans la main, presque étourdis, droit vers l’abattoir du multiculturalisme. Pas un mot sur l’islam. Rien. Le pitch de cette série Z c’était parler terrorisme. Tous ensembles, terrorisme, liberté d’expression, vivre – et accessoirement mourir – ensemble, mais surtout terrorisme et pas un mot sur ce qui aurait pu inciter des citoyens pur souche de cette République déséquilibrée à en trucider d’autres aux cris de vous savez quoi pour venger l’honneur de vous devinez qui.  Même nos imams du terroir, pur jus, se sont pris à ce jeu du ni oui ni non version islamo-républicaine. Ni islam, ni jihad. Blague à part, mauvaise, à la Hebdo, entre nous, c’est vrai que l’islam ne considère pas le jihad comme étant du terrorisme; le jihad étant en soit le plus grand commandement d’Allah. Et le Miséricordieux en question, il ne peut pas être un terroriste. Que nenni. Puisqu’il est par  définition, miséricordieux. Alors, tautologiquement parlant, quand les musulmans, fussent-ils modérés ou immodérés dénoncent d’une même voix le terrorisme islamique, ce n’est donc jamais du jihad dont il s’agit. Mais chut ne le dites à personne, sinon ça fera de vous des islamoföbes de la pire espèce des pégidoïdes. Vous l’auriez remarqué, tout est dans la subtilité des mots, le raffinement casuistique, le choix calculé de l’opportune définition.

Et en parlant d’islamophobes, chers Charlies, saviez-vous qu’à l’insu de votre plein gré vous êtes, malgré votre élan, quand bien même des nauséabonds islamophobes. Réfléchissez un peu. Jeter l’opprobre sur Coulibaly et ses frères est un acte éminemment islamophobe à l’encontre de citoyens de la République qui n’ont somme toute fait que retranscrire par le sang, au verset près, les agissements de celui dont ils ont lavé, toujours avec le sang, l’honneur, le prophète de l’islam qui, pour tous les Charlies qui l’ignorent, réservait systématiquement le même sort à tous ses détracteurs, à tous ses contemporains qui ont eu le malheur de se moquer de sa parfaite personne, fussent-ils vieux, homme ou femme. Historique. Véridique.

La situation est gravissime, non pas parce que les musulmans passent à l’attaque, ce que nous avions déjà prévu depuis bien longtemps, les immodérés par leur violence consubstantielle, les modérés par leur silence habituel, mais parce que nos dirigeants refusent toujours d’admettre l’exactitude de notre diagnostic initial. Pour quelle raison ? Allah seul le sait.

Pierre Mylestin

http://ripostelaique.com/a-tous-les-charlies-qui-marchaient-main-dans-la-main-vers-labattoir-du-multiculturalisme/

10 janvier 2015

Manifestation : chers musulmans, votre simple présence ne suffira pas…

sharia France

 

Une manifestation nationale a été prévue. Elle sera de nature républicaine. Les citoyens de la République endeuillée seront censés afficher leur unité nationale face à l’acte de guerre commis par des compatriotes d’obédience islamique étiquetés d’«immodérés». A leurs coreligionnaires dits «modérés» qui seront certainement présents pour afficher leur apparente solidarité en brandissant  probablement un  »Je suis Charlie» de circonstance, voire qui nous ressasseront inévitablement l’ad nauseam refrain du « cenestpasçalislam », je me permets d’avance, presque par habitude maintenant, de leur rafraîchir la mémoire, apparemment sélective, sur quelques détails concernant leur culte, notamment à propos d’autres «Charlies», contemporains du Prophète de l’islam, « la plus noble créature sur terre », modèle parfait pour tous les musulmans sans distinction, et dont la critique jusqu’à nos jours est, comme nous l’avons vécu,  punissable de mort.

Par exemple, et la liste est très loin d’être exhaustive, un certain Abou Jahl avait osé critiquer le prophète et fut massacré sur ordre de ce dernier qui déclara à l’issue du crime que la dépouille appartenait à l’un des deux assassins dont le sabre « portait des traces du contenu de l’abdomen »(Muslim, n° 3295). Abou Afak, chef âgé d’une tribu juive, ayant tourné en dérision Mahomet dans ses poèmes, et dont l’assassinat, toujours sur ordre de Mahomet («qui me débarrassera de cette crapule» dixit le prophète d’amour) choqua la poètesse Asma bint Marwan. Mahomet envoya de nuit à cette dernière un de ses fidèles qui  l’assassina dans son lit,  ses enfants autour d’elle, le plus jeune tétant encore son sein (Ibn Saad, Tabaqat 2 / 30.1). Khalid Abou Sufyan al Hudhayli chef de la tribu Hudhayl dont la tête fut apportée au prophète à la fin du mois de muharram. Kaab Ibn Al Ashraf, l’un des juifs les plus hostiles à l’islam qui  ira jusqu’à chanter la  beauté des femmes des compagnons du prophète de façon indécente. « Qui veut me délivrer de lui? » avait suggéré le prophète. Rifaa Ibn Qays, tué d’une flèche dans le coeur puis décapité, et dont la tête fut rapportée au prophète de tolérance aux cris de « Allah Akbar, Allah Akbar! » (Ibn-Hisham). Un déséquilibré probablement. Mais également une esclave enceinte parce qu’elle dénigrait l’ »homme parfait »; un enfant en est « sorti d’entre ses jambes, souillé du sang » (Abou-Daoud, 38.4348), et bien d’autres poètes, penseurs, chanteuses, réformateurs de l’islam, écrivains, et puis réalisateurs de cinéma et maintenant caricaturistes.

Charlie Hebdo ne fait somme toute que prolonger la  longue et macabre liste de tous ceux qui ont osé critiqué l’islam et son « prophète du carnage », comme il s’est lui-même d’ailleurs désigné.

Alors, à tous nos compatriotes musulmans, ce samedi, je dis clairement: votre simple présence ne suffira pas. Il vous faudra non seulement manifester votre solidarité à ceux que vous considérez en théorie vos compatriotes, mais il vous faudra également pleurer la mémoire de tous les autres «Charlies», ayant précédé ceux de l’Hebdo, dont votre prophète dit d’amour et de tolérance a explicitement commandité le massacre, en dénonçant en conséquence le sort mortel que ce dernier réservait systématiquement à tous ses détracteurs.

Ce n’est qu’à ce moment que votre présence sera crédible. Car qui ne dit mot consent.

Mais ça, on commence à avoir l’habitude.

Pierre Mylestin

http://ripostelaique.com/?p=137117

22 décembre 2014

Pour soutenir mon porte-parole, je vais racheter plusieurs « Le suicide français »

Ri7Super-mouchards-contre-Zemmour3

 

La journée avait mal commencé ce jeudi. Il pleuvait des cordes, ce qui n’arrangeait pas les embouteillages matinaux usuels, les Cubains allaient enfin pouvoir bénéficier du McDo, et à la radio, Eric Zemmour, au micro de sa maison mère RTL, essayait, sur bruit de fond de babouches et d’essuie-glaces, de se blanchir d’une condamnation sans procès dont il était, une fois est souvent coutume, la victime lucide.

De mémoire de cabot, il n’y avait pas eu depuis un temps certain une si délectable aubaine pour le consortium des meutes voraces et baveuses de la ploutocratie politico-médiatique, des milices subsidiées de l’antiracisme enragé et des jeunesses multiculturalistes métissées. Eric Zemmour venait en effet de leur lancer, à l’insu de son plein gré, leur traditionnel os à ronger.

L’os à ronger était, cette-fois-ci, de qualité primeur. Appellation d’origine strictement contrôlée. Mieux encore, du haram. Zemmour aurait prononcé le mot «déportation». Pas envers ses coreligionnaires ou ses compatriotes de souche déportés durablement des territoires définitivement perdus de la République. Mais envers les musulmans. Suicidaire venant du champion des ventes du «Suicide Français». Terme d’ailleurs rapidement récusé par Stefan Montefiori; le mot n’ayant de fait, jamais été prononcé au cours de ladite interview au Corriere della Sera. Mais voilà, l’homme est à abattre. Trop écouté, trop vu, trop lu. Je vous passe les jappements usuels des pigistes de service, qui ont poussé l’intéressé à préciser un terme qu’il n’a pas utilisé, à clarifier le fond d’une pensée qu’il n’a pas eue. Inutile. La police de la pensée veille. La battue est lancée, le bûcher, l’expiation. Bientôt l’autodafé.

Derrière le phénomène Zemmour qui ne cesse de s’amplifier, la libre clairvoyance de ses analyses et la véracité de ses observations ancrées dans le vécu et le réel, n’ayant d’ailleurs d’égal que la connerie fétide et stérile de ses contradicteurs, représentent un de nos derniers retranchements idéologiques, les derniers reliquats de notre conscience collective et providentielle face à la déportation forcée de notre légitime défense identitaire.

En écoutant la radio en ce jeudi pluvieux, je repensais à ce que Robert Ménard avait récemment dit sur le plateau de « Des Paroles et des actes » face au, de plus en plus agressif et non moins moisi, Jacques Attali: «Acheter le livre de Zemmour, c’est un acte de Résistance». Et aujourd’hui, je rajouterai, un éminent acte de soutien à son auteur.

Et me voilà gâté, m’étant fait le pari, en cette période consumériste de «fêtes de fin d’année», de n’offrir, comme on dit en bon français, que du « Made in France », ayant de surcroît l’occasion d’accomplir un acte de «résistance», encore considéré pacifique. En plus donc des exemplaires du «Suicide Français» déjà distribués autour de moi, un peu à gauche et à droite, mais surtout à gauche, j’en acquiers encore plusieurs, en signe de soutien, à celui qui me sert si brillamment de porte-parole.

Pierre Mylestin

 

http://ripostelaique.com/pour-soutenir-mon-porte-parole-je-vais-racheter-plusieurs-le-suicide-francais.html

18 octobre 2014

L’Etat islamique recrute, l’armée française licencie

Pendant que l’Etat Islamique recrute, que ses adeptes éructent les versets du Coran, l’Armée Française doit licencier. L’EI, islamique et insoumis, sauf à la religion de paix et d’amour, adoubé par le mécénat des contrées islamo-complaisantes qui ont pour constitution, officielle ou officieuse, l’islam, voit ses effectifs renforcés de jour en jour par le bénévolat de nos concitoyens biberonnés aux valeurs de la République laïque, et endoctrinés pour la plupart dans les agences « pôle emploi vers le jihad » qu’hébergent les quelques 2500 mosquées officiellement reconnues, voire subsidiées, par ladite République.

Cette République Heureuse se montre pourtant nettement moins mécène et singulièrement moins amène à l’égard de son Armée, la « grande muette », qui, sage et docile, est le souffre-douleur consentant des « restructurations » récurrentes imposées au fil des investitures comme en témoigne le dernier bradage en date dévoilé par le ministère de la Défense.

Après avoir tapiné la justice, notre souveraineté territoriale, notre souveraineté financière, cette République folle, pendant que des pans entiers de son territoire se voilent, pendant que sa laïcité érigée en religion est profanée par ceux même qu’elle défend à contre-courant et qui souhaitent lui imposer la leur, cette démente et gâteuse, supprime, dissout, désarme, élague dans le contingent de ce qui pourrait être notre dernier rempart face au déchaînement de barbarie islamique qui guette la France. Après, horreur, le Président nu, voici, malheur, la France bientôt à poil.

1927000_Page__2

Néanmoins, une lueur d’espoir subsiste. Dans un rapport intitulé « Les militaires français issus de l’immigration », publié en 2005 par l’Institut Français des Relations Internationales (IFRI), les effectifs de l’armée française comptaient entre 10 et 20% de soldats musulmans. Bien qu’une certaine proportion de ces soldats ait refusé « de partir en opérations extérieures » notamment en Afghanistan, sous prétexte de raisons religieuses, comprenez afin de ne pas combattre leurs coreligionnaires et « frères musulmans », cette étude démontrait quand bien même que ces derniers se montrent « aussi patriotes » que leurs frères d’armes, qu’ils n’ont « pas de problème d’allégeance » et se « sentent français ». Ce rapport concluait que la carte d’identité du pays d’origine – comprenez, pas la France, est vécue « uniquement comme une facilité pour aller visiter la famille ».

Nul doute que les vocations suscitées par l’Etat Islamique chez nos jeunes compatriotes musulmans issus, déjà, de la 4ème génération d’immigrés, se mueront, grâce à la pédagogie citoyenne de nos responsables et des écoles de la République, en incitation à porter les armes de la France, non pas contre la France, mais pour défendre ses intérêts et ses valeurs en tous temps et en tous lieux et de combattre vigoureusement ceux qui corrompent le « vrai message de l’islam ». En tous temps et en tous lieux.

Pierre Mylestin

http://ripostelaique.com/letat-islamique-recrute-larmee-francaise-licencie.html

3 septembre 2014

Je ne hais pas l’islam, je l’ai juste compris.

Pour le moment, ça se passe en Allemagne, en Autriche et en Croatie et plus récemment, en République bienheureuse durant la gastronomique période du jeûne du Ramadan.

A Stuttgart, par exemple, des groupes de salafistes distribuent gratuitement le Coran, et le patron de Wittwer, la plus grande libraire de la quatrième ville d’Allemagne, n’en peut plus nous apprend-on. Depuis des mois, des musulmans se sont installés devant l’entrée de son établissement et distribuent des exemplaires de l’impression divine jusque même parfois à l’intérieur de son commerce. Les clients commencent même à se plaindre en allant jusqu’à l’associer à ces prosélytes zélés. « Toutes les plaintes ont le même contenu. Ce qui gêne tout le monde, c’est que les clients soient abordés juste devant un magasin. “Beaucoup de gens répugnent désormais à aller en ville pour cette raison”  avertit la représentante de l’association des commerçants du centre-ville.

Sans états d’âmes, posons-nous quand même cette question. Etre un dynamique et motivé zélateur de la religion d’amour, fait-il de vous invariablement un salafiste? Ces bénévoles et enthousiastes musulmans ne font somme toute que distribuer le Coran, base doctrinale fondamentale partagée invariablement par tous les adeptes de l’oumma, la communauté planétaire des musulmans, dans le but louable de promouvoir les principes humanistes de leur culte commun. Même le plus nauséabond identitaire, fut-il d’outre-Rhin, n’y trouverait aucun signe de malveillance dans ce partage altruiste. On virerait facile vers l’amalgame.

D’accord, les langues impies vous diront que cet abécédaire de la tolérance intègre est brandi par les islamistes avant de décapiter le mécréant, les mêmes versets récités avant de lapider l’adultère, fouetter l’homosexuel, couper la main du voleur, le même Coran qui trône à côté du drapeau de l’Etat Islamique, exposé par les kamikazes martyrs du Hamas ou du Hezbollah, avant d’exploser, cité comme référence immuable par  Boko Haram, les Talibans, les Frères musulmans, Ansar- al -Islam, le Front Islamique du Salut etc. etc., sans oublier votre subventionné imam du quartier qui prêche modérément dans les mosquées de la République. Le même Coran. Pas une virgule, pas un point de différence au risque de dénaturer son message intrinsèque, entres autres, de paix universelle : « Faites le jihad, pas la guerre ».

Foley

D’ailleurs, ce prosélytisme commencerait à porter ses fruits, selon ces nouveaux témoins d’Allah qui ont réalisé une vidéo sous le titre : « L’Europe se convertit en masse à l’Islam ». Chez nous aussi, cette islamisation n’a même plus la pudeur d‘être sournoise, bénéficiant ouvertement du soutien complice de ceux qui nous ont inlassablement et éhontément parlé d’un islam en France, d’islam de France, d’islam avec la France, d’islam pour la France, d’islam qui fait partie intégrante de l’Histoire de France, alors qu’ils savent pertinemment bien que ce sont toutes des affirmations trompeuses et mensongères et que la seule et unique vérité est qu’il n’y a qu’un seul, unique et indivisible islam, celui qui défend exclusivement la cause de l’islam, celui du Coran et des Hadiths, celui qui ne peut, intrinsèquement, qu’être contre la France.

L’esprit munichois imposé depuis un bail sur les consciences inhibe toute critique fondée du Coran, de remettre en question factuellement les dogmes les plus mortifères qui y sont explicités sans aucune ambiguïté.

De ce fait, les procès en islamophobie, la nouvelle prohibition menée par les islamobéats contemporains, bien-pensants et antiracistes, le nouveau maccarthysme pratiqué par les notables élus de la République, interdisent d’interdire l’islam et accusent à tort et à travers d’incitation à la haine raciale. Pourtant, il n’est nulle question de race, en encore moins de haïr l’islam. Car il suffit juste de le comprendre. Mais est-il possible de ne pas le haïr une fois qu’on l’a compris?

Pierre Mylestin

http://ripostelaique.com/je-ne-hais-pas-lislam-je-lai-juste-compris.html

 

20 août 2014

Une oumma, un califat, un prophète : cela ne vous rappelle rien ?

A la lumière des événements actuels, avec un peu de chance, ceux qui n’ont rien compris, comprendront peut-être finalement pourquoi les Croisades ont eu lieu.

Mais, depuis lors, les croisés sont rentrés au bercail, et, fatigués, se sont croisés les bras en écoutant pieusement avec une tolérance apathique, les représentants officiels de la religion d’amour etc. etc., leur baratiner que l’islam est une religion de tolérance etc. etc., et de paix etc. etc.

L’oisiveté étant mère de tous les vices, et, connaissant comme ces derniers sont assez sourcilleux à l’encontre des vices de l’occident mécréant, ils ne se sont pas, eux, depuis 14 siècles, croisés les mains. Avec une minutie quasi helvétique, ils s’attellent depuis lors, plutôt à les couper et à montrer fièrement au monde occidental repu, que, l’islam, loin d’être une idéologie sauvage, peut être un instrument de partage pédagogique à l’étude appliquée de l’anatomie humaine, notamment céphalique.

Mais face à ce déchaînement altruiste, les très lointains descendants d’Urbain commencent timidement à se réveiller de leur léthargie. En effet, le clergé catholique de France, fille aînée de l’Eglise, a récemment cautionné l’usage de la violence pour protéger, entres autres minorités, les chrétiens d’Irak, des excès de tant d’actes charnels synonymes d’amour inconditionnel. Que dire. Si ce coming-out des suppôts inconditionnels des gifles systématiques sur la joue gauche puis la droite, commencent à rechigner à tendre ladite joue bien engourdie, c’est que la situation doit être bien grave, mon père.

Etonnamment, chez ce qu’on peut encore appeler chez nous, le caillassage périodique des fidèles sortant de la messe ou pendant les processions, les profanations des églises, des cimetières ou les fluides corporels gracieusement versés dans les bénitiers, ne suscitent que peu d’indignation de la part de notre hiérarchie ecclésiastique. Il ne faut évidemment pas s’attendre non plus à ce que notre République Heureuse se hasarde à dénoncer ces méfaits. La République laïque, c’est plutôt la tranche de jambon dégraissé déposée devant la porte d’une mosquée qui lui fait hystériquement pousser des hurlements d’orfraie.

En tant que chrétien, je ne sais pas vous, mais moi cela fait déjà un bail que me farcir l’amour et le pardon du prochain, j’ai déjà donné. En pratiquant la tolérance à outrance nous avons accueilli l’intolérance, et, comme beaucoup de mes coreligionnaires, je suis de plus en plus  dubitatif de la capacité de notre hiérarchie spirituelle à nommer les choses par leur nom, elle qui, en dénonçant les massacres de ses ouailles, n’ose même plus citer le mot islam.

Auparavant les papes faisaient la guerre pour libérer la Terre Sainte, les Rois Catholiques, la Reconquista, pour libérer l’Andalus. Aujourd’hui, c’est la base qui n’a plus que le choix que de faire face elle-même à l’avènement de l’état islamique mondial, peuplé par la communauté des musulmans vénérant inconditionnellement les préceptes de leur prophète. Une oumma, un califat, un prophète.

Une oumma, un califat, un prophète. Ca ne vous rappelle pas quelque chose?

Pierre Mylestin 

http://ripostelaique.com/une-oumma-un-califat-un-prophete-cela-ne-vous-rappelle-rien.html

Hitlereinvolk 

7 juillet 2014

Anne, ma soeur, ne vois-tu rien venir ?

Le peuple fait les soldes. Il n’a pas le temps de faire une révolution. Il regarde le mundiâl aussi. Et même si les plus belles plumes de la réacosphère nauséabonde s’y mettent, même si c’est toujours bien écrit, dans le fond et la forme, émouvant parfois, ces appels à se soulever, à se mutiner, à se prendre enfin en charge sonnent invariablement creux. Comme des prêches à des convertis. Des convertis, assurément, mais non pratiquants.

Anne, ma soeur, ne vois-tu rien venir ?

De fait. On ne voit toujours rien venir. Anne se fait violer, ses enfants tabassés, son drapeau brûlé, son hymne sifflé, des biens incendiés, nos monuments saccagés, notre histoire bafouée, nos églises profanées, les rues occupées, nos enseignants massacrés, des insurrections et scènes de guérilla urbaine post-footballistique, post-saint-Sylvestre, post-un regard mal placé, post-tout-et-n’importe quoi, et on ne voit toujours rien venir. Même les bouddhistes commencent à se soulever comme en témoignent les événements récents en Birmanie fraîchement démocratique. Les bouddhistes ! Eux, qui en temps normal ne feraient pas de mal à un moustique, se révoltent finalement contre les coreligionnaires de ceux qui veulent, chez nous, impunément nous imposer leur culture, leurs dogmes avec l’aide bienveillante de la République dite laïque. Laïque et déculturée.

Peut-être que ce peuple républicain est encore repu, trop repu, que les frigos sont encore pleins, ou que, par crainte de gâcher son petit bien-être précaire, sa télé-réalité, ce peuple ne veut encore rien voir venir.

Anne, ma sœur Anne, ne veux-tu encore rien voir venir ? Le Grand Remplacement, la démographie des autres.
Mais pourquoi sommes-nous devenus dans notre écrasante majorité, si apathiques, atones et toujours si tolérants. De moins en moins certes, mais encore trop. Encore trop permissifs envers les nuisibles. Peut-être que ce peuple de veaux s’est mué en un peuple de moutons apeurés, résignés à se faire abattre de manière de plus en plus régulière. Rituelle. Ou peut-être que ce peuple, trop fatigué, ne se lèvera pas tout seul. Un coup de pouce bienveillant l’aiderait à s’émanciper.

 

autruche.mahomet

 

Aymeric Chauprade, qu’on ne doit plus présenter, conférencier de renom en géopolitique et vrai gaullien de surcroît, avait un jour commenté sur l’esprit de l’armée française en affirmant que « les militaires sont loyalistes (….) mais n’en pensent pas moins, et surtout ils se disent, vivement que le peuple se réveille, et on sera encore plus loyalistes, quand il aura élu un autre gouvernement, radicalement différent (…) et qu’il ne faut pas que Monsieur Valls et ses amis s’attendent à ce que les militaires viennent le sauver quand il sera dans la merde, excusez moi l’expression ». Et de rajouter « ils couleront tous seuls et l’appareil militaire et policier viendra en concours au peuple français pour mettre en place une élite nationale et authentiquement attachée aux intérêts des français. » CQFD.

https://www.youtube.com/watch?v=Xrz5Sxh96s0

Je ne sais pas vous, mais moi, cette odeur de mouscaille dont parle Aymeric Chauprade, je commence à en avoir ras les narines.

L’armée, les forces de l’ordre. Loyalistes certes, mais envers le peuple de France en premier lieu. Un seul indice de leur part et nous sommes prêts. Ou bien devrions nous leur donner enfin le signal qu’ils attendent de nous.

Pierre Mylestin

2 juillet 2014

La réforme territoriale a déjà eu lieu : il y a deux France…

Au cas où vous ne l’avez pas encore remarqué, la réforme territoriale a déjà bien eu lieu. Depuis un bail, quelques investitures, plusieurs mandats, présidentiels. Le pire, c’est que la dernière recrue républicaine qui officie à l’Elysée en ces sinistres temps, François Hollande, pour ceux qui n’arrivent toujours pas à le croire, à l’insu de son plein gré, sera le premier chef en l’état à implémenter durablement cette réforme. La constitutionnaliser. Déjà, le soir de son élection, on la sentait venir cette réforme. On la sent bien encore, de plus en plus profond au fil des mois. A chaque occasion, à chaque Aïd.

Il s’agit là d’une réforme bien plus drastique que le passage à 14 régions métropolitaines. François Hollande a toujours voulu voir grand. Le Mariage pour Tous, Najat, Taubira, Julie. Il ne s’agirait en effet plus que de deux régions. Deux régions et pas une de plus. En fait et dans les faits, deux zones, deux contrées, territoires, deux terroirs. Deux bleds opposables que tout tend à opposer, inévitablement dans le futur proche. Inchallah.

Pour faire concis, la République des Lumières est ainsi devenue divisée, à la grosse louche de chorba sans porc, entre ceux qui remplacent, ceux qui aident à remplacer, les remplacistes, et ceux qui se font remplacer. Laconiquement, la région du halal et la région du haram. Dar el harb. Dar el salam.

Par exemple, dans la région halal, La Marseillaise, on ne la chante pas. Dans celle du haram, si on la chante, les beaux jours, surtout en famille, on se fait gazer. Sinon, en temps ordinaire, ceux qui osent fredonner, en tricolore, cet hymne initialement écrit pour exhorter le peuple de France à combattre contre la tyrannie et l’invasion étrangère, transiteront de force au poste de rééducation correctionnelle de la République.

Aussi, dans la région des UMP-PS-EELV-FDG-DLR-PC-NPA-UDI-MODEM-PR, acronyme succinct des remplacistes, un front est systématiquement dressé contre un autre Front. Ivan Petrovitch Pavlov, prix Nobel de Médecine en 1904, avait décrit déjà ce curieux phénomène, ce conditionnement. Avec son chien. Front contre Front. C’est comme ça que ça se dénouera à la fin. Au front. Probablement. Certainement.

 

Image

 

Autres clébards, autres temps, autres conditionnements. Autres régions, autres chenils. Les nouveaux chiens de garde, le cheptel des journalistes subsidiés. Les experts qui psalmodient en boucle et autant de zèle et assiduité les contre-vérités rituelles subies au quotidien par le souchien moyen. Du Pavlov pur pedigree. Wouaf, wouaf, Mesdames, Messieurs, bonsoir, dans le vinteure ce soir, wouaf wouaf, le Ramadan, très chers Français, a commencé, wouaf, le premier ministre a fait son allocution au cours de la cérémonie du Fitr organisé dans les locaux de la République laïque et divisible, wouaf. Vous connaissez la suite.

Puis, il y a ceux qui osent apostasier cette nouvelle liturgie au pays de la laïcité à double vitesse. Les harams, les islamophobes, les futurs excommuniés du PAF, les réacs du préchi précha. Direction le tribunal de la pensée. Le mur des cons, SOS racisme, Harlem, MRAP, LICRA, UOIF, et caetera, et caetera, nouveaux flics et juges subsidiés oeuvrant officieusement dans la région hahal.

Enfin et sans être tout à fait exhaustif, il y a aussi évidemment, les hommes en bas résille, les pride, les homogénistes en tous genres, les femmes nibards à l’air, les ABCDésites, les supporters de l’équipe de football de la région algérienne de France, les chanteurs populaires et anti-populistes, les acteurs engagés et les humoristes enragés.

Tous, servant directement ou indirectement la cause de leur nouvelle patrie, somme toute. La oumma, aux dépens de la France. Par conviction, par omission, par trahison calculée ou tout simplement par pure sottise.

Et ce que beaucoup d’entre eux ignorent encore, c’est qu’ils ont déjà, à ce stade, acquis deux statuts.

Dhimmi pour les uns. Collabos pour les autres. Perdants à tous les coups.

Pierre Mylestin

http://ripostelaique.com/la-reforme-territoriale-a-deja-eu-lieu-il-y-a-deux-france.html

25 juin 2014

Les musulmans modérés sont-ils vraiment hostiles aux musulmans immodérés…

Les abominations se suivent et se ressemblent. L’horreur au bout d’un clic, en numérique et haute définition. De nos jours, il suffit d’être connecté pour apprécier les adeptes de la religion dite d’amour, de tolérance et de paix dans leur pratique contemporaine du jihad. Islamique, comme par exemple mitrailler au hasard des civils sur une autoroute, islamique comme décapiter des hommes, jouer au foot avec leur têtes, ou les décapiter partiellement et les filmer agonisant dans un fossé, islamique comme lapider à mort des femmes, des filles, des enfants. Avec ou sans la musique de fond chantant les louanges du Prophète de l’islam. Au nom d’Allah. Invariablement. Allah, le Clément, le Miséricordieux. De quoi susciter des vocations. En arabe dans le texte. La page nous avertit que les âmes sensibles n’ont qu’à s’abstenir. Quelles âmes? Peut-on encore parler d’âme, d’humanité à ce stade de déshumanisation. Arte. Un samedi sur deux  l’horreur nazie. Allah, chaque jour, au bout d’un clic, l’horreur fondamentale de l’islam.

Ces horreurs commises par des détritus, des ordures, des musulmans dits immodérés. Des islamistes. Une minorité, apparemment. En tout cas en apparence. Les musulmans dits modérés. Une majorité, silencieuse. Toujours silencieuse. Aphone, aphasique, amnésique. Quelles pensées, quelles certitudes, traversent l’âme d’un musulman dit modéré à la vue de ces crimes contre l’humanité commis au nom de sa religion commune avec celle des détritus, des ordures, des musulmans dits immodérés. Quelles certitudes? Un doute? Ephémère. Sans doute.

Quel silence asphyxiant, étouffant, de cette communauté des musulmans dits modérés. «Ces gens là ne sont pas de vrais musulmans». C’est dans le Coran. Tout est dans le Coran, dans les Hadiths. Le jihad est inhérent au Coran. Consubstantiel à l’islam. «Le Coran est amour et tolérance». Pas celui de Médine, dont les versets, les plus intolérants, abrogent tous les versets pacifiques précoces de la période Mecquoise. Le principe d’abrogation. Une fois qu’on l’a compris, on a tout compris. «Islamophobe». La haine dans le regard de ce musulman modéré. La même haine distillée par le regard de ce détritus, cette ordure, ce musulman dit immodéré brandissant la tête décapitée d’une fillette, près de Homs. En Syrie.

Un signal de la part de la communauté des musulmans dits modérés. Un indice qui les désolidariserait de leurs coreligionnaires dits immodérés. Un signe pour s’émanciper des préceptes belliqueux, des appels explicites à l’esclavagisme, au meurtre, au mensonge, au vol, à l’anéantissement des non-musulmans, au massacre des mécréants. Au meurtre exalté sans équivoque dans les textes fondateurs de leur idéologie. Un seul signal. Un seul indice. Un seul signe. Aussi infime fût-il.

Pour dénoncer le jihad. Consubstantiel à l’islam.

Pierre Mylestin

Image

http://ripostelaique.com/les-musulmans-moderes-sont-ils-vraiment-hostiles-aux-musulmans-immoderes.html